Portrait des centres de jour de Montréal : disponible en ligne

En juin 2016, la Ville de Montréal amorçait, en collaboration avec le RAPSIM et le Service régional du CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, la réalisation d’un portrait des centres de jour destinés aux personnes en situation ou à risque d’itinérance. L’objectif de la démarche? Décrire de façon précise les services offerts par les centres de jour sur le territoire de Montréal, mais aussi explorer leur apport spécifique à la lutte à l’itinérance. Au final, 27 organismes communautaires ont ainsi été mobilisés dans l’élaboration de ce portrait, maintenant disponible en ligne sur le site de la Ville de Montréal.

Les centres de jour de Montréal, qui accueillent quotidiennement des centaines de personnes marginalisées, sont essentiels pour prévenir et réduire l’itinérance. Le portrait réalisé par la Ville de Montréal démontre que ces ressources facilitent l’accès à de multiples services : aide alimentaire, douches, information et référencement, activités de loisirs, accompagnement dans des démarches de réinsertion sociale.

Bien que chaque centre de jour ait une philosophie d’intervention qui lui est propre, on retrouve dans chacun la même volonté d’offrir à la fois répit et ancrage communautaire aux personnes qui les fréquentent. Au-delà de l’aide matérielle, le portrait souligne que ces ressources cherchent à offrir un accompagnement qui respecte le rythme des personnes rejointes. Elles jouent aussi un rôle essentiel en matière de prévention de l’itinérance : offrant un espace de socialisation qui permet de briser l’isolement, elles facilitent le maintien en logement.

Par ailleurs, le portait réalisé par la Ville de Montréal soulève certains défis rencontrés par les centres de jour : la rareté des ressources de ce type situées hors du centre-ville, par exemple, ou encore le manque d’espaces non-mixtes réservés aux femmes.

Document qui synthétise et illustre l’action spécifique des centres de jour, ce nouveau portrait constitue ainsi un outil de plus pour reconnaître les formes diverses que prend la lutte à l’itinérance à Montréal.

Bonne lecture!

 

Source : RAPSIM