L’Institut Raymond-Dewar

Nous poursuivons notre parcours patrimonial avec Raymond Dewar, qui a donné son nom à l’Institut Raymond-Dewar (IRD). L’établissement était anciennement connu sous le nom de L’Institut des Sourds de Montréal. 

Vers 1850, Mgr Ignace Bourget, archevêque de Montréal, voit à la création d’œuvres pour jeunes sourds et sourdes à Montréal. Ces œuvres fondent des pensionnats scolaires, des ateliers d’apprentissage de métiers et des services d’assistance sociale, dont L’institut des Sourds-Muets. L’Institut sera sous la responsabilité des Clercs de Saint-Viateur jusqu’en 1982. En 1984,

L’Institut des Sourds de Montréal change de nom pour devenir l’Institut Raymond-Dewar. La direction est alors assumée par des laïques.

Qui était Raymond Dewar ?

Le cheminement de la carrière de Raymond Dewar, né en Ontario en 1952 et devenu sourd à l’âge de huit ans des suites d’une méningite,  témoigne bien de son engagement et d'une énergie intarissable investie pour la cause des personnes sourdes. Malheureusement, la carrière prometteuse de Raymond Dewar a été écourtée par sa mort prématurée à l'âge de 30 ans.

Raymond Dewar a complété ses études primaires et secondaires à l'Institution des Sourds de Montréal et à la polyvalente Lavigne de Lachute. En 1978, il est diplômé de l'Université du Québec à Montréal en éducation au programme d'études en enfance inadaptée. Dès septembre 1975, il occupe un poste de professeur à l'Institution des Sourds de Montréal puis il devient, en 1980, professeur de français au secteur sourds à la polyvalente Lucien-Pagé à Montréal. En octobre de la même année, il enseigne la langue des signes québécoise (LSQ) à l'Institution des Sourds de Montréal et le français au Centre Champagnat (Éducation aux adultes sourds). Il a été directeur de l'Association des Sourds du Montréal-métropolitain de janvier 1975 à mars 1981, année au cours de laquelle, il est devenu président du Centre québécois de la déficience auditive. Il a agi à titre de porte-parole pour la communauté des Sourds à la conférence socio-économique sur l'intégration de la personne handicapée, organisée par le gouvernement du Québec, également en 1981.

C'est en tant que chef de file de la communauté des personnes sourdes du Québec que l'on se remémorera Raymond Dewar.  Son implication active au sein de la vie associative des Sourds de Montréal lui a permis de faire avancer la cause des personnes sourdes. 

L'année avant sa mort accidentelle en octobre 1983 à Dollard-des-Ormeaux, Raymond Dewar faisait partie de la distribution de la pièce Les enfants du silence, montée par le théâtre du Trident de Québec et dont il avait faire l'adaptation en LSQ. Son décès a laissé la communauté et le monde de la surdité dans la consternation.

" Partout où un mouvement prenait forme pour doter les Sourds de quelconque avantage, Raymond y était présent. Son dévouement inlassable et son acharnement forcené auront laissé leurs marques dans le milieu de la surdité. " 

(Michel Lamarre revue Voir Dire).  C'est donc à sa mémoire que l'Institution des Sourds de Montréal prend officiellement le nom d'Institut Raymond-Dewar, le 26 octobre 1984.

L’IRD est aujourd’hui un centre spécialisé et surspécialisé en surdité et en communication, qui offre des services de réadaptation à une clientèle sourde, malentendante, sourde-aveugle ou qui présente un trouble d'audition centrale. Rappelons que l’IRD offre aussi des services aux enfants dysphasiques et assume la prestation des services psychosociaux courants spécifiques aux personnes sourdes gestuelles.  L’IRD constitue, avec le CR Lucie-Bruneau et l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal, le Centre de réadaptation en déficience physique (sensorielle, langagière, auditive et motrice) du CCSMTL.