Ne plus consommer de plastique en trouvant une solution de remplacement pour un produit à la fois

Raffaelle F. est agente de planification, de programmation et de recherche (APPR) au CIUSSS et, depuis décembre 2017, elle a choisi de découvrir des options à la consommation du plastique dans sa vie personnelle. C’est en se renseignant sur les différentes options d’achat de produits du quotidien qu’elle a découvert de plus gros enjeux sur le consommation du plastique à usage unique et les limites du recyclage dans notre société. Selon un article de Radio- Canada, 70 % du plastique de nos sites d’enfouissement proviennent des emballages du secteur alimentaire.

Comme bien des gens, Raffaelle a commencé ses recherches sur Internet, en lisant des blogues, en fouillant sur Pinterest; il est facile de se rendre compte qu’il existe beaucoup de choix plus écologiques, économiques et même meilleurs pour la santé que ce que nous sommes habitués de voir, de consommer. Raffaelle a choisi d’y aller pièce par pièce, en commençant par la salle de bain et la cuisine. Le premier élément qu’elle a changé est sa brosse dent : celle-ci peut être mise au compost maintenant qu’elle est en bambou. Le shampoing qu’elle achète est vendu en bloc solide (comme un savon), donc aucune bouteille de plastique dans la douche. Dans la cuisine, elle achète en vrac (plus d’emballage de plastique ou de carton) et a remplacé les sacs de style ziploc par des sacs lavables et réutilisables.

« Il faut trouver des solutions de remplacement, il existe des options qui sont peu connues, il suffit de se renseigner. Il ne faut pas partir avec l’idée qu’on peut couper tout le plastique de sa vie, la société dans laquelle nous vivons ne nous le permet pas. Nous pouvons cependant choisir de réduire notre consommation en faisant de meilleurs choix. De plus, beaucoup de produits peuvent être facilement faits soi-même, cela permet d’économiser des sous », explique Raffaelle.

Malgré toutes les bonnes intentions, parfois il n’existe pas d’alternative qui convienne au mode de vie d’une personne. Par exemple, la vente de crème sûre en vrac n’est pas chose du commun; il est possible de la préparer soi-même, mais c’est une option ne correspondant pas forcément à tous. Raffaelle, quant à elle, a décidé d’adopter de nouvelles habitudes qui s’intégreraient facilement à son mode de vie. Un changement à la fois mènera à l’atteinte de son objectif : bannir l’usage du plastique, plus réaliste et plus réalisable.

Elle explique que ces améliorations prennent du temps. Pour sa part, elle a essayé trois types de déodorant naturel avant de trouver celui qui lui convient. Son conjoint, d’autre part, a fabriqué sa propre pommade pour les cheveux et est très content du résultat; ce n’est pas le cas pour tous les nouvelles démarches ! « C’est un long processus et il faut y aller à son rythme. C’est en entamant une réflexion sur chaque produit consommé que nous tentons de trouver des solutions de remplacement simples et plus écologiques. C’est en mettant tous ces gestes ensemble que nous finirons par réduire la consommation globale de plastique et ainsi produire moins de déchets. » conclut-elle.

Bravo à Raffaelle pour ses efforts !

Sachez que le CIUSSS est doté d'une politique de développement durable et déploie ses efforts pour intégrer de nouvelles pratiques écoresponsables, par exemple, dans l’organisation de ses événements. Les équipes s’assurent de réduire l’usage du plastique en offrant de la vaisselle qui peut être compostée ou recyclée.