Institut universitaire de gériatrie de Montréal

 

Le vieillissement est une phase naturelle de la vie qu’il faut comprendre et valoriser.

Aperçu

Centre spécialisé en gériatrie et en gérontologie depuis 1978, le centre de recherche est fondé en 1982 et la désignation d’institut universitaire est obtenue en 1997. 

DIRECTION SCIENTIFIQUE

  • Sylvie Belleville, Ph. D., professeure titulaire au Département de psychologie de l’Université de Montréal

PROGRAMMATION SCIENTIFIQUE

  • Axe I – Neurosciences du vieillissement
  • Axe II – Promotion de la santé, soins et intervention

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Projet phare

Un domicile intelligent pour le mieux-être des aînés

Une équipe de recherche menée par Nathalie Bier, Ph. D., chercheuse au Centre de recherche de l’IUGM (CRIUGM), a obtenu une subvention de 980 000 $ pour développer un assistant technologique favorisant le maintien à domicile. Grâce à l’analyse de données de plusieurs capteurs technologiques installés dans un appartement, elle en apprend plus sur la vie quotidienne de personnes bénéficiant de services de soutien à domicile, mais qui ne sont pas nécessairement en mesure de témoigner de leur vécu pour différentes raisons, dont des problèmes de mémoire.

La chercheuse Nathalie Bier explique la teneur du projet : « Nous avons installé différents capteurs usuels dans les appartements pour connaître les mouvements de la personne, l’utilisation de certains appareils ménagers comme le four et le grille-pain, l’ouverture des armoires ou du réfrigérateur, l’utilisation des robinets. Notre travail de recherche se situe dans l’analyse précise et utile des données recueillies, tout en respectant la vie privée et l’intimité des participants. C’est pourquoi il n’y a aucune caméra de surveillance. Les participants ne remarquent plus la présence des capteurs après la première journée. Sans les bousculer, nous souhaitons obtenir un portrait le plus juste possible de la ‘‘vraie’’ vie quotidienne des participants, qui sera ensuite transmis à leurs intervenants. »

Partagées aux intervenants du soutien à domicile (nutritionniste, ergothérapeute, infirmière, par exemple), ces données pourraient permettre de mieux cibler leurs interventions afin de favoriser un maintien à domicile plus long. Ce lien direct entre le milieu de la recherche du CRIUGM et les équipes de soutien à domicile en CLSC, tous réunis au sein du CIUSSS, est un facteur de succès de ce projet.

« Nous souhaitons mettre au point un système d’analyse testé et approuvé, prêt à la commercialisation et au déploiement à grande échelle », résume Nathalie Bier. C’est en gardant cet objectif en tête que l’équipe de recherche évalue également les enjeux économiques liés à ce projet qui se déroule sur une période de trois ans.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Projet de recherche en cours

Les cris des personnes âgées en CHSLD : un comportement sur lequel on peut agir

Selon les écrits, entre 13 et 60 % des personnes en CHSLD crient. La chercheuse Anne Bourbonnais, Ph. D., a elle-même travaillé comme infirmière en CHSLD, où les cris des résidants font partie du quotidien des équipes de soins. Depuis plusieurs années, ses travaux de recherche portent sur le bien-être des personnes âgées en CHSLD, et les signes qui indiquent une réduction de ce bien-être, dont les cris.

Son plus récent projet pilote visait à évaluer une démarche d’intervention basée sur les sens des cris de personnes âgées vivant avec la maladie d’Alzheimer en CHSLD. Quatorze triades, regroupant une personne âgée qui crie, son proche aidant et un soignant, ont été recrutées dans cinq CHSLD, dont quatre dans le CCSMTL. Les soignants étaient des infirmières, infirmières auxiliaires, préposés ou éducateurs spécialisés. « Les cris demeurent un moyen de communication de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer pour exprimer la douleur ou l’anxiété, par exemple. Le but n’était donc pas nécessairement de les arrêter complètement, mais de susciter un partenariat entre les proches et les soignants pour les comprendre et intervenir ensemble pour les apaiser », explique Anne Bourbonnais, titulaire de la Chaire de recherche en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille.

En plus de la réduction des cris et l’augmentation du bien-être des personnes âgées, un des effets positifs de ce projet pilote a été le changement de perspective des soignants et des proches aidants sur la personne âgée. 

« Crier n’est pas un comportement normal et les participants l’ont compris. Ils ont aussi compris que leurs actions concertées pouvaient améliorer le bien-être de la personne », résume Mme Bourbonnais. Dans la mire de la chercheuse : développer un projet de recherche à la suite de ce projet pilote, et élargir l’approche à d’autres comportements, telle l’agressivité. Elle espère également que ce changement de perspective aura une résonnance à long terme au sein des équipes de soins participantes, pour le mieux-être des personnes  âgées, des proches et des équipes elles-mêmes.

Pour plus d'information: http://www.chairepersonneagee.umontreal.ca/

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Enseignement 

RECHERCHE

  • 372 étudiants au Centre de recherche de l’IUGM, dont 50 postdoctorants et un fellow.

CLINIQUE

  • 2139 étudiants accueillis par la Direction du soutien à l’autonomie des personnes âgées, dans une trentaine de disciplines, du diplôme professionnel à l’universitaire.

ENSEIGNEMENT MÉDICAL

  • 246 étudiants en enseignement médical à l’IUGM,dont 160 stagiaires en médecine, 24 en pharmacie et 62 en médecine dentaire.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Animation de la vie scientifique

Journée scientifique du CAREC (Comité aviseur pour la recherche clinique)

Journée de maillage entre intervenants et chercheurs : présentations et communications affichées.

  • Où? Institut universitaire de gériatrie de Montréal – 4545, chemin Queen-Mary, Montréal
  • Pour qui? Intervenants et chercheurs
  • Quand? Annuellement, en mai

Colloque CESCO

Colloque du Centre d’excellence en santé cognitive (CESCO)

  • Où? Institut universitaire de gériatrie de Montréal – 4545, chemin Queen-Mary, Montréal
  • Pour qui? Gestionnaires, médecins omnipraticiens et spécialistes, professionnels de la santé et des services sociaux
  • Quand? Aux deux ans, au printemps

 

Pour plus de détails, visitez www.iugm.qc.ca/prof-formation/formations

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Innover en enseignement

Des activités interdisciplinaires en gériatrie 

Au CCSMTL, des équipes de soins de longue durée (à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM)) et de soutien à domicile participent à l’actualisation d’une nouvelle approche d’enseignement en organisant des unités de formation clinique interprofessionnelles. Suivez la leçon de maître : comment faire d’une pierre trois coups.

« Les objectifs sont d’améliorer la formation des soins aux personnes âgées, de préparer la relève à travailler en équipe et de rendre attrayante cette pratique de soins », résume la Dre Nathalie Champoux, omnipraticienne à l’IUGM et directrice du programme de compétences avancées en soins aux personnes âgées de l’Université de Montréal.

Au cours de leur stage dans les équipes du CCSMTL, certains étudiants auront la chance de participer à des activités interdisciplinaires supervisées, les AIS. À l’IUGM, ces activités se déclinent de trois façons : la révision d’un plan médicamenteux, la rédaction d’un plan interdisciplinaire et la gestion des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence. Les stagiaires doivent y travailler ensemble, sous la supervision de leur enseignant clinique respectif.

La planification des AIS exige une coordination importante entre l’Université de Montréal, l’équipe de gestion des stages du CCSMTL, les équipes de soins et de superviseurs de stage. La Dre Champoux croit que l’investissement en vaut la peine. « Ces activités sont plus en lien avec la réalité de la pratique auprès des personnes âgées. Les cas lourds et complexes exigent une collaboration constante et une compréhension du rôle de chacun des membres de l’équipe interdisciplinaire. Tous gagnent à y être exposés au cours de sa formation. Par exemple, trois stagiaires en médecine, en pharmacie et en nutrition ont travaillé ensemble pour revoir le plan médicamenteux d’un patient. De plus, les patients-partenaires sont sollicités dans les activités interdisciplinaires supervisées. Nous rendons ainsi justice à l’intérêt scientifique et à la richesse humaine de travailler auprès d’une clientèle âgée, ce qui pourrait intéresser les futurs professionnels à poursuivre dans le domaine », conclut l’omnipraticienne. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Ressources documentaires

Depuis plus de 20 ans, la bibliothèque de gériatrie et de gérontologie de l’IUGM développe la plus importante collection indexée de références francophones en gériatrie et en gérontologie d’Amérique du Nord. Son catalogue compte plus de 23 000 documents accessibles en ligne ou à la bibliothèque. 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour plus d'information