Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal

 

Ensemble, on va plus loin : vers une société inclusive.

Aperçu

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CCSMTL) a obtenu une désignation d’institut universitaire en réadaptation physique en juillet 2015. Le CCSMTL a été désigné conséquemment à la fusion de la Corporation du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau (CRLB), de l’Institut Raymond-Dewar (IRD) et de l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal (IRGLM) et avec l’appui de ses partenaires en réadaptation au sein du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, du CISSS Montérégie-Centre et du CISSS de Laval. Le Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation (CRIR) agit à titre de centre de recherche pour l’IURDPM. 

DIRECTION SCIENTIFIQUE

  • Bonnie Swaine, Ph. D., professeure titulaire à l’École de réadaptation de l’Université de Montréal (en haut)
  • Eva Kehayia, Ph. D., professeure associée à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill (en bas)

PROGRAMMATION SCIENTIFIQUE

  • Axe I – Fonctions et activités sensorielles, motrices et cognitives
  • Axe II – Participation, inclusion sociale et services de réadaptation

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Projet phare

Ensemble, on va plus loin

La liste des partenaires de l’initiative Société inclusive est impressionnante : plus de 25 partenaires déterminés à rendre la société québécoise plus inclusive. Il s’agit de groupes de recherche, d’organismes communautaires, d’entreprises privées, d’organismes publics, de milieux cliniques, universitaire et municipal. On comprend mieux l’importance d’une telle mobilisation autour de la recherche en adaptation-réadaptation quand on sait que 9,6 % de la population du Québec de 15 ans et plus a une incapacité, ce qui représente environ 616 740 personnes (Office des personnes handicapées du Québec, 2017). Le CRIR, qui est le centre de recherche de l’Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal, est l’un des quatre porteurs de l’initiative Société inclusive.

Trois fondements inspirent Société inclusive. D’abord, l’approche intersectorielle, parce que le projet d’une société plus inclusive est d’une grande complexité et exige la mise en commun d’expertises, de connaissances et de moyens provenant de plus d’un des grands secteurs scientifiques au Québec (santé; sciences humaines et sociales; sciences naturelles et génie). Ensuite, l’approche participative, d’où la présence de partenaires diversifiés et engagés dès le début de l’initiative, pour créer un processus de co-construction de la recherche. Enfin, l’innovation est au coeur du processus de développement et de transfert des connaissances de l’initiative, qu’elle soit technologique, clinique ou sociale.

« Le milieu est en ébullition en ce moment! Les projets soumis à un financement de Société inclusive doivent inclure au moins deux secteurs scientifiques, donc les équipes n’ont d’autres choix que de réfléchir ensemble. C’est l’ensemble des acteurs qui se mobilisent pour une société inclusive, et les Fonds de recherche du Québec appuient cette initiative remarquable à hauteur de 300 000 $ par année pour 3 ans, soit de 2017 à 2020 », se réjouit Pierre Chabot, coordonnateur scientifique de Société inclusive. 

Pour plus d'information : https://societeinclusive.ca/

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Projet de recherche en cours

Pour mieux communiquer ensemble

Les personnes aphasiques présentent, à la suite d’une lésion cérébrale, des difficultés à parler et/ou à comprendre le langage. Habituellement, les services de réadaptation sont offerts à la personne atteinte seulement. Malgré l’excellence de ces services, ces personnes et leurs proches mentionnent souvent qu’un de leurs plus grands besoins est de développer des moyens efficaces pour mieux communiquer entre eux.

Dans cette optique, l’équipe de Claire Croteau, Ph. D., chercheuse au CRIR au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau, développe et teste des interventions pour soutenir les personnes aphasiques et leurs proches et les aider à mieux échanger et discuter. « Depuis une dizaine d’années, mes travaux de recherche ont mené au développement de cette approche, avec la collaboration de collègues et de plusieurs étudiants. Il s’agit d’une intervention personnalisée pour chaque cas, en lien avec les séquelles de la personne atteinte, et de la teneur des relations entre les proches », explique-t-elle. Ce type d’intervention, dite conversationnelle et familiale, est accessible dans la communauté montréalaise grâce au Service aux proches d’une personne aphasique (SAPPA) par l’Association québécoise des personnes aphasiques (AQPA) et plusieurs orthophonistes formés à cette approche.

Ces services ont récemment fait l’objet d’une recherche financée par le Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation (REPAR) et de l’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) afin d’en vérifier l’efficacité. Des données préliminaires suggèrent des effets très intéressants sur la communication (par exemple : davantage de plaisir à communiquer) dans les familles et sur des aspects psychosociaux (par exemple : une meilleure qualité de vie de la personne aphasique).

L’équipe souhaite maintenant continuer à évaluer les retombées d’un tel programme et travailler à le transférer à d’autres centres de réadaptation ou lieux de services au Québec.

Deux orthophonistes analysent un enregistrement de personnes en pleine interaction, afin de leur donner des conseils sur la façon d'améliorer leur communication. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Transfert de connaissances

Faire le plein de nouvelles connaissances!

Depuis 15 ans, les cliniciens, chercheurs, assistants de recherche et gestionnaires du milieu de la réadaptation physique se réunissent le temps d’une journée dans le cadre du Carrefour des connaissances, un salon scientifique prenant la forme d’une session d’affichage.

« Le Carrefour des connaissances a été tenu durant 14 ans au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau. À la 15e édition, nous étions devenus un CIUSSS, et même un institut universitaire! C’était l’occasion idéale de renouveler la tradition et de la bonifier pour rejoindre l’ensemble des clientèles et des professionnels de notre institut », explique Geneviève Baril, chef de service à l’Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal.

Les professionnels du réseau de la santé et des services sociaux assistent à cet événement pour échanger au sujet de projets cliniques et de recherche en cours ou en développement, en lien avec la réadaptation en déficience motrice, sensorielle et du langage, en vue de favoriser l’autonomie  et la participation sociale des personnes ayant une déficience physique.

La crédibilité de l’événement n’est plus à faire. Reconnu dans le réseau de la santé et des services sociaux, et particulièrement en réadaptation, l’événement accueille notamment un président d’honneur et un jury composé de membres influents des milieux universitaire, institutionnel et de patients-partenaires. Un rendez-vous annuel à ne pas manquer! 

Pour plus d'information

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Enseignement

RECHERCHE

  • 121 étudiants ont fait un stage de recherche à l’IURDPM.

CLINIQUE

  • 530 stagiaires accueillis au Programme déficience physique dans 25 disciplines différentes.

ENSEIGNEMENT MÉDICAL

  • 55 étudiants en médecine reçus au Programme déficience physique

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Animation de la vie scientifique

Carrefour des connaissances en déficience motrice, sensorielle et du langage

Salon scientifique prenant la forme d’une session d’affichage.

  • Où? En alternance entre IRGLM et CRLB
  • Pour qui? Cliniciens, gestionnaires, chercheurs et étudiants
  • Quand? Annuellement, en juin


Conférences scientifiques du CRIR

  • Où? Dans les salles de visio-conférence des sites (IRGLM, IRD, CRLB)
  • Pour qui? Cliniciens, gestionnaires, chercheurs et étudiants
  • Quand? Une vingtaine par année

Pour plus de détails, contactez Pascaline Talla, Msc., coordonnatrice de recherche, pkengnetalla@raymond-dewar.gouv.qc.ca, 514 284-2214, poste 3715

Consultez la programmation de l'automne 2018 de l'IURDPM.

Pour vous inscrire à l'une ou plusieurs des activités offertes, cliquez ici pour accéder à Amilia. Si vous avez besoin de plus de détails sur l'utilisation de cette nouvelle plateforme, consultez le « Pas à pas » en cliquant ici.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Ressources documentaires 

Centre de documentation de l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal

Centre de documentation de l’Institut Raymond-Dewar

Centre de documentation du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour plus d'information

  • Geneviève Baril, chef de service, Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal - gbaril.crlb@ssss.gouv.qc.ca / 514 527-4527, poste 2608
  • Marise Guindon, directrice adjointe – Enseignement universitaire et recherche, volet social et multidisciplinaire - marise.guindon.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca / 514 896-3450