Centre de recherche et d’expertise sur la déficience intellectuelle et le trouble du spectre de l’autisme

 

Repenser l’autisme et la déficience intellectuelle dans leurs dimensions sociales.

Aperçu

Le développement d’une mission universitaire en déficience intellectuelle (DI) et trouble du spectre de l’autisme (TSA) a été amorcé en 2011 au CRDITED de Montréal, par la mise en place d’un groupe de professionnels dédiés au soutien à la recherche et au développement de l’expertise basée sur les meilleures connaissances disponibles. La création du centre de recherche et d’expertise sur la DI et le TSA est formalisée lors de la création du CCSMTL en 2015. 

DIRECTION SCIENTIFIQUE

  • Catherine des Rivières-Pigeon, Ph. D., professeure au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal

PROGRAMMATION SCIENTIFIQUE

  • Axe I – Conditions de vie et réalités subjectives des personnes
  • Axe II – Identités et représentations sociales de l’autisme et de la déficience intellectuelle
  • Axe III – Pratiques sociales et modes d’accompagnement
  • Axe IV – Inclusivité et innovations méthodologiques

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Projet phare

Consolidation du centre de recherche et d’expertise sur la déficience intellectuelle et le trouble du spectre de l’autisme (CRE DI-TSA)

Afin d’occuper une place importante dans le champ de la production de la connaissance en DI-TSA, il est primordial de soutenir le développement de collaborations entre les acteurs et les milieux concernés. C’est pourquoi l’année en cours est consacrée à la consolidation du Centre et au développement de son équipe de recherche en émergence. À ce jour, l’équipe de recherche se compose de onze membres réguliers, dont huit chercheurs universitaires, trois chercheurs des milieux de pratique ainsi que de sept membres collaborateurs. Les membres proviennent de trois universités (UQÀM, McGill et UQO) et de deux milieux de pratique majeurs en DI-TSA (le CCSMTL et la Fédération québécoise de l’autisme). L’équipe réunit également une diversité de disciplines : sociologie, psychologie, orthophonie, psychopédagogie, sciences cognitives, sciences de la communication, sciences infirmières, santé communautaire et anthropologie médicale, psychoéducation et enfance inadaptée.  

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Projet de recherche en cours

Policiers et intervenants : pour reconnaître nos terrains et leurs points de jonction

Qu’elles vivent de manière autonome ou en ressource spécialisée, certaines personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA) sont impliquées dans des situations au cours desquelles l’intervention des policiers peut survenir. Incompréhension des codes sociaux et des cadres légaux, gestes socialement inadéquats, désorganisation comportementale mettant la personne et/ou autrui en danger : les motifs de l’intervention policière sont multiples. Leurs limitations sur le plan des habiletés cognitives peuvent amener ces personnes à contrevenir aux lois sans qu’elles en soient pleinement conscientes. Une équipe de recherche s’est penchée sur les enjeux, défis et améliorations possibles entourant l’intervention des policiers auprès des personnes concernées, en abordant entre autres la collaboration avec l’intervenant.

Pour faire un état de situation des interactions entre policiers et intervenants en DI-TSA, plusieurs groupes de discussion ont été organisés, rassemblant des policiers de différents niveaux hiérarchiques du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), des intervenants et des gestionnaires de la Direction santé mentale et dépendance et de la Direction programme déficiences DI-TSA et DP du CCSMTL.

Les premiers résultats sont clairs : une volonté forte, de la part des intervenants et des policiers, d’intervenir adéquatement dans ces situations complexes, mais une incompréhension mutuelle des mandats de chacun. Les méthodes employées par les policiers, balisées par des protocoles d’intervention axés sur la sécurité, et celles des intervenants, encadrées par la Loi sur la santé et les services sociaux, sont considérées comme des irritants importants pour l’un et pour l’autre.

Que faire une fois ces constats établis? « Ouvrir le dialogue ! », résume Guillaume Ouellet, Ph. D., chercheur d’établissement au Centre de recherche et d’expertise DI-TSA. « Nous allons présenter et commenter les résultats lors d’un séminaire conjoint entre le CIUSSS et le SPVM. Nous souhaitons aussi initier une table de travail inter-organisationnelle. Notre but est de clarifier les attentes entre les équipes de policiers et les équipes d’intervenants. Il s’agit de travailler ensemble afin de jouer notre rôle le mieux possible, tout en protégeant les personnes et en essayant d’éviter, autant que faire se peut, leur judiciarisation. » 

Activités en lien avec ce créneau de recherche

  • Formation : DI et TSA : introduction au phénomène de judiciarisation
  • Séminaire : Interventions policières auprès de personnes ayant une DI ou un TSA : conciliation des impératifs du travail en inter-réseau
  • Projet de recherche (en démarrage) : Suivi probatoire spécialisé en DI/TSA-Justice : modélisation et évaluation d’implantation d’une pratique émergente

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Enseignement

RECHERCHE

  • L’équipe du centre de recherche sur la DI et le TSA a accueilli un stagiaire de recherche.

CLINIQUE

  • 43 stagiaires accueillis au Programme déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme, dans 12 disciplines différentes.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Animation de la vie scientifique

Séminaires clinique-recherche

Espace de réflexion animé autour de résultats de recherche.

  • Où? 1001, boul. de Maisonneuve Est
  • Pour qui? Chercheurs, cliniciens et partenaires intersectoriels - sur invitation
  • Quand? 4 prévus en 2017-2018

Conférences-midi
Présentation, par un chercheur, un étudiant, un stagiaire postdoctoral, en collaboration ou non avec des cliniciens, des faits saillants de ses recherches et des retombées cliniques et scientifiques en vue d’améliorer les pratiques et d’influencer les décideurs ou politiques.

  • Où? Alternance entre les sites administratifs de la direction des programmes DI-TSA
  • Pour qui? Ouvertes à tous (chercheurs, cliniciens, gestionnaires et partenaires)
  • Quand? 1 activité par mois

Pour plus de détails, contactez Pierre-Louis Lavoie, technicien en recherche psychosociale, vie.scientifique.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Transfert de connaissances

Être formateur pour se nourrir et s’inspirer!

Guillaume Ouellet, Ph. D., chercheur d’établissement en DI-TSA, a eu l’occasion de donner plusieurs formations au cours des dernières années. Il prend particulièrement plaisir à cet aspect de son métier. « Ça fait partie du processus selon moi, ça vient boucler la boucle d’un cycle de recherche. Bien sûr, nous alimentons la communauté scientifique en publiant un article scientifique et en présentant nos résultats dans un colloque, mais le retour aux cliniciens me semble tout aussi important. Au final, notre travail doit profiter le plus rapidement possible à la clientèle », explique le chercheur. Si Guillaume Ouellet affirme « boucler la boucle », il en profite également pour développer de nouveaux cycles de recherche. 

« Au cours d’une formation, les personnes assises devant moi sont des experts de leur domaine qui m’en apprennent beaucoup lorsque nous partageons nos réflexions. Il est évident que ces échanges contribuent à façonner mes prochaines recherches. C’est une expérience très nourrissante! », se réjouit-il.

Guillaume Ouellet, Ph. D., chercheur d'établissement en DI-TSA.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Ressources documentaires

Le centre de documentation voit à rendre accessibles des connaissances permettant au personnel de mener à bien la mission de l’établissement et de promouvoir le développement de pratiques professionnelles, cliniques ou administratives de qualité. Le personnel propose également de la formation et un accompagnement permettant de développer les compétences des employés à repérer et à utiliser des connaissances requises à leurs prises de décision et à leurs interventions.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour plus d'information

  • Daphné Morin, chef de service, centre de recherche et d’expertise sur la déficience intellectuelle et le trouble du spectre de l’autisme - daphne.morin.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca / 514 896-3326
  • Marise Guindon, directrice adjointe – Enseignement universitaire et recherche, volet social et multidisciplinaire - marise.guindon.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca / 514 896-3450

Liens complémentaires