Passer au contenu principal

Actualités

Frigoriste en saison estivale : comment travailler dans l'urgence tout en gardant son sang-froid!

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre travail ?

Essentiellement, le travail de frigoriste consiste à installer, entretenir, réparer et réviser des installations de climatisation. Comme frigoristes à l’Hôpital Notre-Dame, nous devons nous occuper du bon fonctionnement d'environ 1400 appareils différents. Réfrigérateurs, congélateurs, chambres froides, machines à glace, climatiseurs, fontaines d’eau… tout ce qui climatise ou qui réfrigère finalement !

Comme frigoriste, nous sommes souvent appelés à travailler de concert avec différents corps de métier. Par exemple, pour l’installation d’une fontaine d’eau, il faut que le plombier soit préalablement passé pour modifier la tuyauterie. Que ce soit un menuisier venu faire une modification de comptoir pour installer un nouvel appareil, un électricien appelé à réparer une prise électrique ou un mécanicien sollicité pour un problème spécifique, tous les corps de métiers peuvent être interpellés dans le cadre de notre travail. Il est donc primordial d’avoir une bonne synergie entre les équipes.

À quoi ressemble une journée dans la vie d'un frigoriste ?

L’été, on n’a pas le temps de s’ennuyer ! En plus de l'entretien régulier et des différentes réparations transmises par requêtes, nous devons gérer les appels d’urgences qui sont plus fréquents à cette période de l’année. S’ajoutent à cela les recherches de pièces à commander et les suivis avec les entrepreneurs qui oeuvrent dans notre établissement. On peut dire que les journées passent très vite.

Durant l’hiver, comme les urgences sont moins fréquentes, on en profite généralement pour faire tout l’entretien que nous n’avons pas eu le temps d’effectuer durant l’été.

Quel est l'impact de votre travail sur la clientèle ?

Si une salle d'opération n'est pas climatisée, on ne peut pas opérer. Si une chambre froide à la cuisine est défectueuse, et que les aliments ne sont pas maintenus à la bonne température, cela peut avoir un impact sur la santé des usagers, en plus d’engendrer des pertes de nourriture coûteuses. Imaginez les répercussions en temps et en argent lorsqu’un réfrigérateur à la banque de sang ne fonctionne pas…

Nous sommes aussi responsables de la chambre froide à la morgue. Pas besoin de vous dire qu’une défectuosité de cette pièce en plein été causerait beaucoup d’inconvénients. Heureusement, nous avons un système de surveillance en place, en collaboration avec le département de contrôle et de sécurité, qui nous avertit en temps réel lorsqu’un problème est détecté.

Pourquoi aimez-vous votre travail ?

Parce que je sens que je rends service aux gens en contribuant à leur confort et à leur bien-être. Lorsque nous intervenons dans un département où il fait chaud, que nous en sortons et que c'est frais, nous sommes contents et fiers de ce que nous venons d’accomplir. Quand on se sent utile, on dégage une énergie positive et ça, c’est contagieux !