Passer au contenu principal

Actualités

Itinérance - Mesures hivernales 2019-2020

Des mesures encore mieux adaptées pour répondre aux besoins des personnes itinérantes cet hiver à Montréal

Personne en situation d'itinérance au coin d'une rue avec son sac à roulettes

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, la Ville de Montréal et leurs partenaires communautaires ont uni leurs efforts pour offrir des mesures qui répondent encore davantage aux besoins des personnes en situation d’itinérance, afin que chacune trouve une place où passer la nuit cet hiver.

Ainsi, dès le 1er décembre, des mesures particulières sont prévues pour accueillir les femmes, les hommes et les jeunes en situation d’itinérance, incluant les personnes trans, via les services d’hébergement réguliers, les places supplémentaires ajoutées par les organismes pour la période hivernale ainsi que l’unité de débordement temporaire. D’ailleurs, certaines ressources disponibles permettent d’accueillir les personnes ayant un animal de compagnie ainsi que les couples. La gamme de services en place favorise un accueil à haut seuil d’accessibilité ainsi qu’une répartition des personnes dans l’ensemble des services. Enfin, la concertation entre les partenaires du milieu communautaire et du réseau de la santé a donné lieu cette année à la mise en place d’un mécanisme de référencement et de prise en charge des personnes en grande vulnérabilité qui se présenteront à l’unité de débordement ainsi que diverses améliorations à l’offre de service.

« Il faut voir les mesures hivernales comme une gamme de services de plus en plus intégrés, où chacun des partenaires joue un rôle essentiel afin que toutes les personnes qui le souhaitent trouvent un lieu où passer la nuit. À chaque année, nous cherchons à bonifier nos mesures et à les adapter aux personnes qui les utilisent. Ce travail est possible grâce à la mobilisation de l’ensemble des acteurs qui, malgré la pression grandissante, répondent toujours présents », souligne la présidente-directrice générale du CIUSSS, Mme Sonia Bélanger.

« Avec l'arrivée du froid, nous avons la responsabilité de nous assurer que les personnes en situation d’itinérance puissent dormir au chaud et en sécurité. Nous sommes fiers du travail accompli avec le CIUSSS et les partenaires du milieu communautaire pour bonifier et adapter les mesures hivernales de façon à mieux répondre aux besoins de toutes les personnes en situation d’itinérance, qu’il s’agisse d’hommes, de femmes, de personnes trans, de personnes ayant un animal de compagnie ou de personnes à mobilité réduite », déclare la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

1104 lits d’hébergement d’urgence pour la période hivernale

Pour l’hiver 2019-2020, Montréal dispose de 1104 lits d’hébergement d’urgence pour accueillir les femmes, les hommes et les jeunes en situation d’itinérance.

Pour les femmes, on compte 144 places d’hébergement d’urgence réparties entre le Pavillon Patricia Mackenzie, La Rue des femmes, le Chaînon, Projets autochtones du Québec, Passages, le CAP St-Barnabé, L’Abri d’espoir de l’Armée du Salut et la Maison Marguerite. De plus, le CAP St- Barnabé offre 16 lits de répit de jour aux femmes en difficulté.

Pour les hommes, ce sont 734 places d’hébergement d’urgence réparties entre la Maison du Père, Mission Bon Accueil, Mission Old Brewery, Projets autochtones du Québec et CAP St-Barnabé.

L’unité de débordement temporaire offre 150 places à haut seuil d’accessibilité pour les femmes, les hommes et les personnes trans, sur des étages non mixtes. L’aménagement permet l’accueil des personnes à mobilité réduite et celles avec des animaux.

Pour les jeunes, 64 lits d’hébergement d’urgence sont offerts au Refuge des jeunes de Montréal, au Bunker de l’organisme Dans la rue et à En Marge 12-17.

Par ailleurs, le Centre de répit et de dégrisement peut recevoir 12 hommes et femmes en situation d’itinérance exclus des refuges, des ressources d’hébergement ou en situation de crise.

Des services bonifiés et adaptés pour mieux répondre aux besoins

Après avoir consulté divers acteurs en itinérance et pris connaissance des commentaires de ceux qui ont utilisé l’unité de débordement l’an dernier, voici quelques exemples d’améliorations qui ont été apportées à l’offre de service :

Pour mieux répondre aux besoins des femmes, plusieurs adaptations additionnelles sont prévues à l’unité de débordement :

  • L’adaptation des services aux femmes a été confiée aux organismes Pavillon Patricia Mackenzie et l’Association d’entraide Le Chaînon.
    • Les femmes et les hommes dorment sur des étages séparés. Aucun homme n’est admis sur l’étage des femmes et les couples sont installés à l’étage des hommes.
    • Un accueil plus tôt et un départ plus tard sont réservés aux femmes;
    • L’ouverture du service se fait une journée plus tôt pour que les femmes puissent prendre possession des lieux;
    • Un mécanisme de communication et de plaintes en ce qui concerne les services aux femmes sera géré par l’Association d’entraide Le Chaînon;
    • L’ajout de literie;
    • Un salon sur l’étage des femmes pour créer un espace chaleureux de détente;
  • Un troisième service de navette, opérée par CARE Montréal et le CAP St-Barnabé, dédié aux ressources femmes et au secteur Hochelaga, a été ajouté à l’offre de service pour l’hiver.
  • Un mécanisme de référencement et de prise en charge des personnes en grande vulnérabilité avec la collaboration du milieu communautaire et du réseau de la santé et des services sociaux a été mis en place.
  • Une deuxième halte-chaleur, opérée par CARe Montréal, dans Hochelaga a été intégrée à l’offre de services régionale.
  • Une formation régionale a été offerte aux partenaires qui participent aux mesures hivernales afin d’améliorer l’arrimage des ressources entre elles, la qualité des services et la sécurité des personnes.

Plusieurs autres mesures mises en place

Service de navette

  • Cette année, trois services de navette sont disponibles :

    • La navette de la Mission Old Brewery qui circule au Centre-Ville et transporte une majorité des usagers vers l’unité de débordement.
    • La navette d’Hochelaga, opérée par CARE Montréal et le Cap Saint-Barnabé, qui effectue un transport non mixte pour femmes sur demande en début de soirée, suivi d’un trajet dans Hochelaga-Maisonneuve.
    • L’AJOI-Mobile qui transporte des personnes de l’Ouest-de-l’Île vers des ressources d’hébergement d’urgence au centre-ville ou à Vaudreuil.

Halte-chaleur

  • Deux haltes-chaleur sont disponibles :

    • La halte-chaleur du centre-ville, au 137, rue Président-Kennedy dans l'arrondissement de Ville-Marie, ouvre ses portes toutes les nuits, à du 2 décembre à compter de 20 h 15, jusqu'au 31 mars afin d’offrir chaleur, nourriture et repos dans son local. La halte dispose de cages permettant d’accueillir des animaux.
    • La halte-chaleur de CARE Montréal, située au 3674 Ontario Est, dans Hochelaga-Maisonneuve, ouvre ses portes toutes les nuits du 11 novembre 2019 au 15 avril 2020, et ce, de 18 h à 7 h. Un repas chaud à partir de 18 h est proposé ainsi que la possibilité de prendre une douche. La halte est à haut seuil d'accessibilité et les animaux y sont admis.

Équipes d’intervention de proximité

  • Lors des grands froids, les équipes de proximité des CIUSSS, l’équipe Jeunes de la rue, Itinérance et Urgence Psychosociale-Justice (UPS-J) du CCSMTL, l’équipe mixte composée de policiers du SPVM et d'intervenants sociaux du CCSMTL, l’Équipe mobile de référence et d'intervention en itinérance (ÉMRII) ainsi que les travailleurs de rue des organismes communautaires font du travail d’intervention de proximité. Elles cherchent à rejoindre les personnes isolées se trouvant sur la rue et désaffiliés pour identifier celles à risque et les diriger vers les ressources appropriées. Les équipes travaillent avec les différentes ressources du milieu pour rejoindre le plus d'usagers possible.

Plusieurs partenaires impliqués

Le CIUSSS et la Ville de Montréal tiennent à remercier leurs partenaires communautaires impliqués dans le déploiement des mesures hivernales :