Passer au contenu principal

Actualités

Résilience Montréal ouvre ses portes à la population en situation d'itinérance du square Cabot et de ses environs

Nakuset, directrice générale du Foyer pour femmes autochtones de Montréal, et Sheila Woodhouse, directrice générale de la Communauté Nazareth, ont inauguré aujourd'hui le centre de jour Résilience Montréal, en présence de la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D'Amours, de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, de la mairesse de Westmount, Christina M. Smith, et de la directrice adjointe aux partenariats du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Julie Grenier.

Nakuset et Sheila Woodhouse dirigent le nouveau centre de jour situé au 4000, rue Sainte-Catherine Ouest, à l'angle de l'avenue Atwater. Son ouverture est le fruit d'un travail de collaboration entrepris depuis plusieurs mois, à la suite du déménagement du centre de jour La Porte ouverte (Open Door), qui accueillait les personnes en situation d'itinérance qui fréquentent la partie ouest de l'arrondissement de Ville-Marie, dont le square Cabot.

Résilience Montréal accueillera au cours de la prochaine année une population mixte issue, entre autres, des communautés inuites et des Premières nations, qui composent 40 % de la population en situation d'itinérance dans ce secteur de la ville. Le centre ouvrira ses portes et services progressivement. À terme, Résilience Montréal offrira des services d'accueil, de soutien psychosocial ainsi que des services pour répondre aux besoins de base comme des repas, des soins d'hygiène et la buanderie, tous les jours de la semaine, de 8 h à 20 h. On y offrira également des services adaptés aux populations inuites, des Premières nations et métisses. Le budget alloué pour la première année de fonctionnement de Résilience Montréal est de plus de 900 000 $. Le tiers de ce montant provient du nouveau Fonds Réflexe Montréal en itinérance (FRMI).

Résilience Montréal a pu voir le jour grâce à la collaboration entre les organismes communautaires, la Ville de Montréal, le ministère de la Santé et des Services sociaux, les arrondissements de Ville-Marie et du Sud-Ouest, le CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, le Secrétariat aux affaires autochtones, la Ville de Westmount et Architecture Sans Frontières Québec. Les partenaires qui ont participé à la mise sur pied de ce projet temporaire travaillent présentement à établir une ressource permanente afin de répondre aux besoins de la population en situation d'itinérance du square Cabot et des environs, et ce, à long terme.

Citations :

« Je suis ravie de voir se concrétiser ce projet qui est le fruit d'une collaboration remarquable entre plusieurs partenaires, et à laquelle mes équipes et moi avons été très fiers de participer. Grâce à une telle initiative, qui découle de notre investissement de 5,25 M$ sur quatre ans accordé au fonds Réflexe Montréal en itinérance, de nombreuses personnes en situation d'itinérance pourront compter sur un soutien de proximité, encore mieux adapté à leurs besoins spécifiques et aux enjeux qui leur sont propres. Cela reflète bien notre engagement collectif auprès de ces personnes, de même que nos efforts pour les aider à retrouver leur autonomie et à s'épanouir au sein de la collectivité. »
Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

« La création d'un centre comme celui-ci représente un exemple de collaboration entre les gouvernements et les acteurs du milieu. Je souhaite d'ailleurs souligner tout le dévouement du Foyer pour femmes autochtones de Montréal et de la communauté Nazareth dans la réalisation de cette initiative. Nous connaissons tous les défis auxquels les populations inuites et les Premières Nations font face lors de leur transition entre leur communauté et le milieu urbain. J'accueille l'ouverture de Résilience Montréal avec une joie sincère et continuerai de travailler avec mes collègues pour assurer un avenir meilleur pour les personnes autochtones en situation de vulnérabilité. »
Sylvie D'Amours, ministre responsable des Affaires autochtones

« L'ouverture de Résilience Montréal est la démonstration concrète du pouvoir de la concertation et de la collaboration. Notre administration travaille sans relâche à bâtir une métropole inclusive. Pour y parvenir, nous devons unir nos efforts et penser à tout le monde, particulièrement à nos concitoyennes et concitoyens les plus vulnérables. La mise sur pied du centre de jour Résilience permettra à la population en situation d'itinérance du secteur du square Cabot d'obtenir des services essentiels et adaptés à sa réalité, notamment à celle des personnes d'origine autochtone. Ce lieu unique et de proximité permettra d'assurer la sécurité et la stabilité des personnes les plus vulnérables, en plus d'améliorer leur qualité de vie et d'élargir leur réseau d'entraide. Je remercie le Foyer pour femmes autochtones de Montréal et la Communauté Nazareth, qui ont travaillé d'arrache-pied avec nos équipes en vue de cette ouverture. »
La mairesse de Montréal, Valérie Plante

« La Ville de Westmount appuie le projet Résilience Montréal, et je tiens à souligner le travail acharné accompli par le Foyer pour femmes autochtones de Montréal et la communauté Nazareth. En septembre, le conseil municipal de Westmount a accordé une aide financière au Foyer pour femmes autochtones de Montréal afin d'améliorer le sentiment de sécurité, le bien-être et la cohabitation au square Cabot et dans ses environs. Le nouveau centre de jour sera un endroit plus sécuritaire pour une population très vulnérable et marginalisée. Nous continuerons néanmoins de travailler avec la Ville de Montréal pour trouver un emplacement à long terme afin de soutenir cette population. »
La mairesse de Westmount, Christina M. Smith

« Résilience Montréal est un projet dirigé par la collectivité, ayant pour but de soutenir la population sans abri des environs du square Cabot. Il s'agit d'un service à accès peu restrictif qui vise à fournir des services qui rendent la dignité aux usagers. Par l'entremise de ce projet, les personnes sans abri obtiendront des occasions de bénévolat, ainsi que du soutien et de la sensibilisation en matière sociale, financière, ainsi qu'en matière de santé mentale. Le but général est d'aider les bénéficiaires du service à retrouver leur bien-être physique, émotionnel, spirituel et psychologique. »
Les codirectrices de Résilience Montréal, Nakuset et Sheila Woodhouse

SOURCE : Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif