Passer au contenu principal
Centre intégré universitaire
de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

Déficience physique (sensorielle, langage, auditive et motrice)

Clinique d'ostéointégration de Montréal

Introduction

Tige en métal au milieu de l’os du moignon afin de pouvoir y fixer une prothèse externe

La Clinique d’ostéointégration de Montréal est unique. Il s’agit d’une première au Canada. Cette clinique accueille les personnes amputées d’un membre inférieur qui sont référées par un physiatre ou un orthopédiste.  

Qu’est-ce que l’ostéointégration?

Cette opération se pratique depuis longtemps en Europe et ailleurs dans le monde. Elle consiste à implanter une tige de métal directement dans l’os du moignon, tout en gardant une ouverture à travers la peau. Nous fixons ensuite une prothèse à cette tige de métal à l’aide d’un connecteur. Ceci permet d’éliminer l’emboiture de la prothèse et ses désagréments. Cette nouvelle opération permet d’offrir une plus grande stabilité que les prothèses ordinaires et une plus grande liberté de mouvement. La personne est donc plus fonctionnelle ce qui permet d’améliorer sa qualité de vie.

Amputation trans tibiale - Avant

Transtibiale - Avant

Amputation trans tibiale - Après

Transtibiale - Après

Amputation trans fémorale - Avant

Transfémorale - Avant

Amputation trans fémorale - Après

Transfémorale - Après

À qui s’adresse cette opération?

L’ostéointégration convient aux personnes amputées d’un membre inférieur, de 18 à 70 ans.

Ces personnes doivent aussi avoir un ou plusieurs des problèmes suivants :

  • Des problèmes fréquents de douleurs avec le port de leur prothèse 
  • De la difficulté à porter une prothèse conventionnelle tel qu’une suspension inefficace 
  • Des blessures fréquentes sur la peau
  • Beaucoup de transpiration  
  • Des changements importants du volume du moignon

Pour avoir l’opération

  • Les personnes doivent passer des tests médicaux (physiques et psychologiques)
  • Elles doivent être prêtes à respecter toutes les consignes avant et après l’opération

L’ostéointégration ne convient PAS dans les cas suivants : 

  • Une amputation causée par le diabète
  • Une amputation causée par un problème de circulation sanguine (maladie vasculaire)
  • Un poids excessif
     

Quels sont les risques de l’ostéointégration?

L’infection aiguë est la complication la plus fréquente. La majorité des personnes ont une infection légère. Nous traitons cette infection avec des antibiotiques à prendre par la bouche pendant quelques jours. 

Le risque le plus grave est l’infection profonde chronique (qui dure longtemps et revient souvent). Il faut alors prendre des antibiotiques par intraveineuse (injecté directement dans une veine). Parfois, une opération est nécessaire. Heureusement, l’infection profonde chronique est très rare.

Il y a d’autres complications rares, mais possibles : fracture de l’os, fracture de l’implant et raccourcissement du moignon.

Comment fonctionne la clinique?

La clinique d’ostéointégration et d’abord et avant tout une clinique d’évaluation. 1 fois par mois, nous rencontrons les personnes intéressées pour déterminer si elles peuvent avoir l’ostéointégration. Des tests préalables et des évaluations sont effectués pendant la journée. Ces étapes permettent de déterminer si la personne amputée est une bonne candidate pour l’ostéointégration et si cette opération sera bénéfique pour elle. Une décision est rendue à la fin de la journée. 

La clinique réunit plusieurs experts sous un même toit : prothésiste, psychologue, physiatre et physiothérapeute. Un orthopédiste du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) fait également partie de l’équipe. La personne y reçoit une opinion professionnelle de qualité. Nos conseils s’appuient sur des recherches et des études québécoises.

Si la personne NE PEUT PAS avoir l’ostéointégration

Les experts de la clinique évaluent toutes les possibilités. Ils cherchent à comprendre les difficultés réelles de la personne et à améliorer sa qualité de vie. Si l’ostéointégration n’est pas possible, d’autres solutions sont proposées. Par exemple, l’entraînement physique, le soutien psychologique ou une modification de la prothèse existante. 

Si la personne PEUT avoir l’ostéointégration

Les experts de la clinique lui expliquent les possibilités de l’opération, y compris les risques. Ils lui présentent aussi les étapes de la réadaptation. 

Les coûts

Les coûts de l’opération, de l’implant et de la réadaptation sont payés par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). S’il s’agit d’un accident, ils peuvent être payés par la Commission des normes de santé et sécurité du travail (CNESST) ou par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). La personne doit payer elle-même les frais de transport, d’hébergement et autres. 

Prothèse

Un prothésiste rencontre la personne après son opération pour installer des composantes sur l’implant afin de le  connecter à la prothèse de la personne. Si la personne change de prothèse ou si des changements sont prévus plus tard, après la réadaptation, ils seront faits par le prothésiste traitant. 

L’opération et la réadaptation

Étape 1 - Opération

  • Lieu

    CUSM

    Fréquence et durée approximative

    48 heures

    Détails

    Le transfert est coordonné entre les hôpitaux.

Étape 2 - Réadaptation intensive

  • Lieu

    Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal (IRGLM)

    Fréquence et durée approximative

    2 semaines

    Détails

    Afin de réaliser sa réadaptation intensive, la personne est hospitalisée à l’IRGLM. 
    Elle apprend à prendre soin de sa stomie et progressivement, à mettre du poids sur sa prothèse courte ou son implant  

Étape 3 - Réadaptation en clinique externe

  • Lieu

    Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal (IRGLM)

    Fréquence et durée approximative

    2 heures par jour
    1 à 3 fois par semaine, durant 6 semaines

    Détails

    La personne poursuit sa réadaptation mais n’est plus hospitalisé. Elle doit se rendre à l’IRGLM pour rencontrer ses intervenants et continuer sa réadaptation. 
    La prothèse longue sera ajustée par le prothésiste de l’équipe lorsque le poids de 50 kg sur la prothèse courte sera atteint.

    Durant cette période et les semaines suivantes, la personne se déplace en fauteuil roulant ou avec des béquilles. Elle ne peut plus utiliser l’ancienne prothèse. Il faut donc prévoir un aménagement adéquat pour le retour à la maison.  

    Si la personne vient de l’extérieur de Montréal, un hébergement à proximité de L’IRGLM sera nécessaire. Des listes de références sont disponibles au besoin pour faciliter la recherche d’hébergement.

Étape 4 - Réadaptation à la maison

  • Lieu

    Centre de réadaptation régional

    Fréquence et durée approximative

    Au besoin

    Détails

    Lorsque la personne peut marcher avec deux béquilles et la prothèse elle continue sa réadaptation dans sa région d’appartenance, dans un centre de réadaptation ou clinique partenaire.

Étape 5 - Post-chirurgie

  • Lieu

    Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal (IRGLM)

    Fréquence et durée approximative

    Après 6 mois, 1 an et 2 ans 

    Détails

    La personne ayant reçue l’ostéointégration aura des rencontres de suivi avec l’équipe experte. Ces rencontres sont l’occasion d’adresser les problématiques rencontrées par la personne.

Pour obtenir un rendez-vous et pour plus d’information sur la clinique

Pour obtenir un rendez-vous à la Clinique d'ostéointégration de Montréal, la personne doit être référée par un physiatre ou un orthopédiste.

Pour toute question

Téléphone : 514 340-2085, poste 4658

Courriel : oi.montreal.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca

Évaluation de page

Dernière mise à jour: 2022-08-04